Le palais Farnese ouvre ses portes

La plupart des grands palais romains restent fermés au public sauf pour occasion exceptionelle. C’est le cas cette année du palais Farnese, le prestigieux siège de l’ambassade de France à Rome. Rompant avec la tradition, le palais a ouvert ses portes de Decembre 2010 à Avril 2011, pour une exposition temporaire sur la famille Farnese. L’exposition en soi est plutot décevante, mais elle représente néanmoins une opportunité unique de profiter des trésors que ce palais abrite, l’un des plus notable étant la fameuse galerie des Caraches.

Le Palais Farnese dans une aquarelle de Gaia Dammacco

Le Carache, ou Anibale Carracci, etait l’un des fondateurs de l’école de Bologne à  la fin du XVIème, début du XVIIème siècle. Il fut appelé à Rome par le Cardinal Oduardo Farnese afin de décorer son palais et de créer une fresque capable de rivaliser avec la chapelle Sixtine au Vatican. Il avait déjà une grande réputation de peintre et avait été recommandé par le Duc de Parme, autre membre de la famille Farnese basé dans le nord de la péninsule. Chargé d’un tel défi, Le Carache sut créer une fresque innovante sur le thème des amours des Dieux tirées des Métamorphoses du poète classique Ovide, fables mythologiques redevenues de mode à la Renaissance. Sa représentation était tellement différente qu’elle marqua un tournant dans l’histoire de l’art et amorça le style Baroque en peinture. Le Carache y mit toute son energie, à tel point qu’il n’y survécut pas.

La fresque principale du Carache représentant le mariage d’Ariane et de Bacchus dans une aquarelle de Gaia Dammacco

Le Cardinal Oduardo fit la commande de cette fresque à l’occasion du mariage de son neveu Ranuccio avec Marguerite Aldobrandini, nièce du pape Clement VIII, qui avait la réputation d’etre très strict et rigide suivant les principes de la Contre-Réforme. Les Farnese cherchèrent à le provoquer en utilisant des thèmes paiens représentant des scènes de nus plutot évocatives. Ils réussirent dans leur entreprise; leur galerie devint aussi célèbre que la chapelle Sixtine, et Le Carache fut rapidement considéré comme l’héritier naturel de Michel-Ange.

Parmi les autres trésors des Farnese, on trouve la fameuse statue d’Hercule, se reposant après ses travaux. Cette sculpture, et bien d’autres dans la collection Farnese, fut trouvée lors des fouilles archéologiques des termes de Caracalla, ordonnées dans les années 1530 par le pape Paul III. C’est lui qui fit construire le palais lors de son accession à la papauté en 1534, et qui en confia la direction des travaux à Michel-Ange. Ce dernier en remodela la façade, rajoutant entre autres l’emblème de la famille, le plus grand jamais vu sur un palais romain.

La collection de sculpture qui ornait à l’époque les salles de réception du premier étage et les jardins, fut transférée à Naples lorsque la dernière des Farnese, Elisabeth, épousa le roi Bourbon de Naples en 1714. Elle est aujourd’hui abritée dans le musée archéologique de la ville. Certaines d’entre elles ont été temporairement replacées dans le palais à l’occasion de l’exposition, en particulier les bustes des philosophes dont Homère. Pour le reste, des reproduction photographiques montrent l’endroit où se situaient les sculptures, mais elles n’arrivent pas à recréer l’ambiance de ce palais au temps de la gloire des Farnese. Il reste austère comme peut l’etre une administration publique.

Cet article, publié dans general, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s