Un jardin d’oliviers dans la ville

L’Italie est particulièrement renommée pour ses nombreux monastères, situés en général dans de beaux endroits isolés, propices à une vie méditative. Il en est un cependant au coeur de Rome: l’abbaye des Trois Fontaines sur la via Laurentina dans le quartier de l’EUR. Véritable oasis en plein centre urbain, les moines trappistes qui l’habitent, cultivent des fruits, légumes et plus particulièrement des oliviers.

Les oliviers derrière le monastère des Trois Fontaines

L’emplacement ne fut pas choisi par hasard. Le monastère fut construit à l’endroit meme où le martyre de Saint Paul eut lieu en 67 A.D. L’histoire dit qu’immédiatement après la décapitation du Saint, sa tete rebondit trois fois sur le sol, et qu’à chaque fois une source d’eau en jaillit, d’où le nom des Trois Fontaines. Au début du Moyen-Age, on érigea une petite église contenant les trois fontaines. Cette dernière fut reconstruite à la fin du XVIème siècle par le cardinal Pietro Aldobrandini, neveu du Pape Clement VIII. Il en confia les travaux à l’architecte en vue du moment, Giacomo della Porta, auteur de nombreuses églises romaines de cette époque. Aujourd’hui, l’église et le le chemin ombragé y conduisant font partie du pèlerinage de St Paul.

chemin conduisant à l’église de St Paul martyr

Les sources d’eau étaient déjà connues des Romains qui les avaient nommées Acque Salvie, comme le montrent les mosaiques retrouvées sur place. Cependant, ce n’est qu’à la fin du VIème siècle qu’on y construit un monastère, sur les ordres du général byzantin, Narsete, nommé gouverneur d’Italie par l’empereur Justinien. Le monastère fut d’abord occupé par des moines grecs fuyant la région de Cilicie (sud-est de la Turquie moderne), suite à l’invasion arabe du VIIème siècle.  Ces moines se dédiaient au culte de St Anastase, martyr perse exécuté en 628. Leur communauté occupa le monastère jusqu’au  XIème siècle.

entrée du monastère

Après une période d’oubli relativement longue, le monastère reprend vie au XIIIème siècle, lorsque le Pape Innocent II en fait don à la congrégation des moines cisterniens. Ils y vivront jusqu’au XIXème siècle lorsqu’ils seront forcés de l’abandonner à cause des conditions environnantes malsaines et notamment la forte présence du palud. Après 1870, il est réhabilité par un groupe de moines trappistes qui  y prend un bail de longue durée, rendu possible par les changements politiques de l’unification italienne. Le Pape perd alors son pouvoir temporel, pour devenir une autorité uniquement spirituelle. Les Trappistes drainent la zone, se débarassant ainsi du palud et y plantent les eucalyptus toujours présents aujourd’hui.  A l’époque, le monastère couvrait une superficie d’environ 450 hectares, mais Mussolini s’en appropria plus de 400 à la fin des années 1930 pour la réalisation du quartier EUR en vue de l’exposition universelle de 1942.

http://www.abbaziatrefontane.it/index.php

Cet article, publié dans Art et culture, Eglises romaines, general, La Rome de Mussolini, Les quartiers de Rome, Rome antique, Vivre à Rome, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s