L’énigme du Caravage

Michelangelo Merisi da Caravaggio, plus connu sous le nom du Caravage, fut redécouvert au XXème siècle, lorsque sa peinture en clair-obscur redevint au gout du jour. Son style de peinture sombre et réaliste, mais très innovateur et controversé au début du XVIIème siècle, recommença à fasciner les amateurs d’art, qui se sentaient plus à meme de le comprendre. C’est aussi son tempérament orageux, sa vie turbulente et sa mort prématurée dans des conditions mystérieuses qui continuent à fasciner le public.

De nouveaux documents d’archives retrouvés récemment aux Archives Nationales de Rome permettent d’éclairer un peu plus le passage du Caravage dans la ville éternelle. Ces documents sont formés principalement de procès verbaux de tribunaux lors de procès contre le Caravage, accusé alors d’attaques de rues violentes.  D’après ces textes, il serait arrivé de Milan à Rome plus tard qu’on ne croyait au préalable, vers le milieu des années 1590. A Rome, il vivait dans le quartier de Campo Marzio et en sortait rarement. Il y avait son atelier et son logement. La plupart de ses chefs-d’oeuvres se situent d’ailleurs toujours dans ce quartier, en particulier la vocation de St Matthieu dans l’église de Saint-Louis-des-Français, la conversion de St Paul à Sainte-Marie-du-Peuple, et la Madonne des pèlerins (mon préféré) dans l’église de Saint Augustin.

Madonne des pèlerins

Il travailla également beaucoup pour le Cardinal Scipione Borghese, son mécène principal et grand amateur d’art qui fit construire la Villa Borghese. Aujourd’hui, une salle entière de la villa devenue musée, est consacrée aux oeuvres du Caravage. Grace à ses relations avec Scipione Borghese, il profita pendant longtemps de la protection du Vatican. Scipione etait le neveu de Paul V, élu pape en 1605, au sommet de la gloire du peintre. Cependant une année plus tard, ce dernier est accusé de meurtre et doit fuir Rome pour échapper à la peine capitale. Il erre alors de Naples à Malte en passant par la Sicile, laissant dans chaque endroit des chefs-d’oeuvres en guise de paiement pour la protection dont il beneficie sur place. Il retourne à Rome en 1610, à l’age de 39 ans, après avoir entendu que le Pape était pret à lui accorder son pardon. Il n’atteindra jamais sa destination, mais est retrouvé mort sans explication à Porto Ercole, au sud de la Toscane. Aujourd’hui, on attribue sa mort soit à une tempete, soit à une maladie mortelle telle que la malaria, mais le mystère demeure.

Le Caravage et son contemporain Le Carache sont les deux grands peintres de la fin du XVIème et début du XVIIème qui ont profondément influencé le style Baroque naissant.

http://www.archiviodistatoroma.beniculturali.it/index.php?it/231/tutto-su-caravaggio-a-roma-una-vita-dal-vero

Cet article, publié dans Art et culture, Eglises romaines, general, Les quartiers de Rome, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s