Les martyrs du 20ème siècle près de la via Appia

La via Appia est célèbre pour ses catacombes, cimetières souterrains où les premiers martyrs chrétiens furent ensevelis, une des plus connues étant celle de St Sébastien. Cependant, tout près de là, se trouve un autre cimetière avec une histoire tout aussi tragique, celle du martyre de victimes innocentes pendant la deuxième guerre mondiale. Les Fosse Ardeatine , aujourd’hui mémorial national et cimetière, portent la mémoire de l’exécution de 335 victimes italiennes le 24 mars 1944, en réplique à une attaque partisane dirigée la veille contre les forces occupantes allemandes dans le centre de Rome.

J’étais seule là-bas le jour de ma visite, le lourd silence de l’endroit m’a frappé, le silence de la mort injuste et criminelle.

grotte où les victimes furent massacrées

 

L’attaque partisane était dirigée contre une colonne de soldats SS du Troisième bataillon du régiment SS Bozen qui traversait quotidiennement la via Rasella dans le centre. Ces soldats provenaient principalement du Sud-Tyrol, province italienne autonome, à l’époque profondément divisée entre les citoyens pro-allemands et ceux qui préféraient se rattacher à l’italie. Un des partisans, masqué en balayeur de rues, déclencha une bombe TNT cachée dans un chariot de nettoyage, au moment où les soldats passaient. L’explosion fit 28 victimes, mais les partisans réussirent à s’échapper indemnes. En réplique, le commandant des forces armées allemandes à Rome recommanda de tuer 10 Italiens pour chaque victime allemande. Hitler donna son accord et ordonna en outre que l’exécution eut lieu dans les 24 heures. L’intention de l’Etat-major allemand était de fusiller des prisonniers italiens déjà condamnés à mort,  mais très vite, ils s’aperçurent qu’il n’y en avait pas assez. Ils étaient moins de 200.

Un des officiers suggéra d’utiliser les 57 prisonniers juifs pour arriver au nombre requis, et à midi, le 24 mars 1944, les Allemands avaient une liste de 271 victimes. Chacune d’entre elles avait son crime annoté en marge du nom sur la liste, sauf pour les victimes juives qui n’avaient que la mention « juif » sur la liste. Entre temps, la liste des victimes de l’attaque partisane s’éleva à 32, suite à la mort de soldats blessés; il fallait donc à l’Etat-major allemand 320 victimes italiennes. Pour ce faire, le chef de la police fasciste de Rome, Pietro Caruso, disposé à collaborer avec les forces d’occupation, mit à disposition ses propres prisonniers italiens.

Au total, 335 victimes comprenant des civils, prisonniers de guerre et partisans déjà capturés, furent emmenés dans les tunnels d’une vieille carrière désaffectée sur la via Ardeatina. Pendant l’exécution, les Allemands s’aperçurent qu’ils avaient un nombre trop élevé de victimes mais celles-ci furent exécutées de meme, pour taire le massacre.  Les prisonniers furent conduits dans les grottes souterraines les mains liées dans le dos, et fusillés à genou, la balle directement dans le cerveau pour ne pas avoir à utiliser plus d’une balle par victime. Comme certains des fusilleurs n’avaient jamais tué auparavant, on leur livra des caisses de cognac pour qu’ils soient complètement ivres lors des tirs.

Après le massacre, qui dura toute la journée, les corps furent empilés et la grotte fermée avec des explosifs pour en cacher les atrocités. Les corps furent retrouvés, exhumés et enterrés après la libération de Rome le 4 juin 1944.

« Luttons contre la tyrannie interne pour la liberté », mot d’ordre des partisans, rappelé dans le musée du mémorial.

Tombes alignées des victimes

 

Cet article a été publié dans La Rome de Mussolini, Les quartiers de Rome, Rome antique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Les martyrs du 20ème siècle près de la via Appia

  1. je me suis rendu sur les lieux de ce massacre pfrofondement touche je suis ne a paris de parent italiens l histoire de la resistance italienne est tres mal connue en france ce que je regrette beaucoup il reste un relent de fasco envers les macaronis j espere que le monde seras meilleur il suffit de le voir a l heure presente qu elle tristesse a croireque personne n a rien compris j embrasse la france .saluti a l inno di mameli ho perso il mio nonno la sua sepultura e re di puglia

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s