L’ombre du Palatin

Lorsqu’on commence à ne plus faire attention à ce qui nous entoure, on sait que l’on a vécu trop longtemps dans un endroit. Il doit falloir beaucoup de temps pour réussir à ignorer Rome, si on y arrive jamais…

C’est généralement quand je me fatigue des difficultés quotidiennes de la vie à Rome, où beaucoup de petites choses sans importance demandent une énergie disproportionnée, que je suis soudain émerveillée par une vue, un instant. Cela peut etre un coucher de soleil sur St Pierre vu de la Trinité des Monts, ou encore le Colisée ensoleillé lors d’une journée particulièrement limpide… Ces coups d’oeil nous rappellent que Rome est unique.

Il y a cependant un lieu qui m’impressione plus que les autres: le Palatin vu du Circo Massimo. Il est toujours là, imposant et immovible, regardant de ses hauteurs historiques les mortels s’agitant à ses pieds. J’ai toujours l’impression d’un fantome qui s’amuse de nous, petites créatures futiles.

le Palatin: ruines d’une gloire passée

 

Cet article a été publié dans Art et culture, general, Rome antique, Vivre à Rome. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s