Les trésors byzantins de l’Italie

En allant de Rome à Ravenne en Emilie-Romagne, on a l’impression non seulement de changer de région, mais de changer de pays à tel point le contraste est marqué. Mise à part la langue, tout y est différent: les paysages, la façon dont la ville est organisée, l’architecture, les maisons et dans une certaine mesure la cuisine.

Ravenne est aujourd’hui une ville de taille moyenne sur la cote adriatique, mais dans le passé, elle fut un des centres les plus importants de la péninsule. En 402, elle devint la capitale de l’Empire d’Occident, lorsque l’empereur Honorius, le premier à régner uniquement sur cette partie de l’empire, décida de s’y baser pour échapper à la menace d’Alaric I, le roi wisigoth qui venait d’entrer en Italie. Dans cette période très troublée, l’Empire venait d’etre divisé par son père Théodose I qui lui donna la partie occidentale et la partie orientale à son frère Arcadius. Ravenne demeura la capitale jusqu’à la chute de l’Empire romain, marquée par la prise de Rome par Alaric I en 476. A la suite des invasions barbares, les Ostrogoths, dirigés par Théodoric le Grand, s’y installèrent. A sa mort en 526, sa fille Amalasunta lui succéda, mais elle fut assassinée quelques années plus tard en 535. Cette date marque la fin du règne des Ostrogoths et le passage de la ville en territoire Byzantin. Bélisaire, célèbre général de l’empereur Justinien, venait d’envahir l’Italie et d’en faire une province byzantine. Il choisit Ravenne comme siège de sa préfecture.

Décoration intérieure de la basilique de San Vitale

Au cours des Vème et VIème siècles, la ville connut une période de croissance et de prospérité, comme en témoignent les trésors artistiques, en particulier les magnifiques mosaiques, qui demeurent presque intacts de cette période. Ils justifient à eux seuls un séjour dans la ville.  Parmi les plus importants, on retrouve les mosaiques de la Basilique de San Vitale ainsi que celles du mausolée voisin de Galla Placidia, la fille de Théodose et soeur d’Honorius. Galla Placidia fut emmenée en Gaule par Alaric lors du sac de Rome, et épousa son successeur Ataulf. A la mort de son mari, elle retourna chez son frère à Ravenne où elle joua un role politique et culturel important, notamment dans la promotion des arts et de la nouvelle religion. Son mausolée, édifié au milieu du Vème siècle, est le plus ancien monument de la ville.

l'impératrice Theodora et sa suite

Les très raffinées mosaiques de la Basilique San Vitale sont principalement sur le thème de la christianité, soulignant la ferveur des temps pour cette jeune religion.  Dans le choeur, la figure du Christ domine majestueusement toute l’église, avec à sa droite, une image de l’empereur Justinien et ses aides, et en face de lui, son épouse, l’impératrice Théodora. La tete de Justinien est entourée d’un halot doré, comme celle du Christ, pour bien montrer qu’il est son représentant sur terre.  Des scènes choisies de l’Ancien et du Nouveau Testament ornent les panneaux latéraux, alors que sur la voute, les quatre évangélistes, à savoir, St Jean, St Luc, St Marc, et St Matthieu apparaissent. On les retrouve d’ailleurs souvent dans les églises de Ravenne. San Vitale, construite selon un plan octogonal, est un des exemples les plus importants d’art et d’architecture byzantins, et l’un des seuls à nous parvenir de l’époque justinienne. Elle fut commencée en 527 par les Ostrogoths, et achevée une vingtaine d’années plus tard, alors que Ravenne était passée sous domination byzantine. Parmi les autres joyaux de la ville, on compte le baptistère des Ariens qui contient des représentations en mosaique uniques du bapteme du Christ par St Jean Baptiste. Avec à sa gauche Dieu le père et au-dessus de lui, la colombe incarnant le St Esprit, il représente la Trinité, image rare dans un temple arien car ces derniers ne reconnaissaient pas la doctrine de la Trinité.

Baptème du Christ et image de la Trinité dans le baptistère des Ariens

La ville moderne est également très plaisante, avec son ambiance détendue mais suffisamment en mouvement pour vouloir y passer quelques jours. Le centre est petit, on peut facilement s’y déplacer à pied ou à bicyclette. A beaucoup d’égards, Ravenne est à l’opposé de Rome.

Cette entrée, publiée dans Art et culture, general, l'Italie en dehors de Rome, est taguée , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s